• Mes états d'âmes...

    Autant occuper son mental à des choses saines qui apportent des joies et des plaisirs qui ne mettent pas en péril les couples établis.

    Les mots soignent des maux qui peuvent renforcer la puissance des couples, sorte de remerciements à ces êtres qui justement nous laisse notre liberté, liberter d'AIMER !  

    Mon mental m'appartient, personne ne me le volera !

    Pour effacer le noir

     

    Je vous aime MES trois AMOURS !

    Mes états d'âmes...

     

     

    Mes états d'âmes...

     

    Dans notre jardin secret Candi & moi aimons un jardinier qui nous bine de ses mots dont son stylo sait si merveilleusement nous abreuver. Chris nous te ressentons en nous et en jouissons.

     Mes états d'âmes...

    OH Candi regarde je suis sure qu'il y arrive hummmmmmmmm

    Mes états d'âmes...

    SOMMAIRE

     

  •  

    Ah bientôt la fête hypocrite de couples souvent à la dérive qu’il leur faut un jour de fête pour faire bonne mine…

     

    Alors autant vous dire que je ne fête pas la St Valentin, fête d’une débilité absolue comme si une fois dans l’année il fallait penser St Valentin ! Pour moi la St Valentin c’est chaque fois que l’on me porte attention, qu’on me montre que je suis importante, qu’on me témoigne de l’Amour, que l’on m’offre mes orgasmes ou que je me les offre hihihi, c’est-à-dire pratiquement chaque jour de l’année. Arrêtons ces fêtes mercantiles et idiotes.

     

     

    Mes deux seins valent en teint mieux que de se faire honorer un seul jour par année hihihi

     L'anti St-Valentin...

     

    1 commentaire
  • Dis-moi Maman tu as failli…mais je te pardonne!

     

    Article trouvé sur le net qui m’a bien amusée…

     

    Ah, si seulement les adolescentes savaient ce que les femmes découvrent bien plus tard …

    On fait tout un pataquès sur les premières fois des jeunes filles : il faut que la demoiselle soit amoureuse, que son chéri aussi, que le lieu soit sain et romantique, choisir sa contraception, que toutes les planètes soient alignées… C’est fou la pression qu’on se met sur les épaules lorsqu’on est ado et  qu’on s’apprête à « donner sa petite fleur ». Quand je pense à cette période, je me dis que les choses auraient été bien plus simples pour moi si quelqu’un avait osé me dire la vérité. A savoir que les premières fois c’est rarement top, rarement idyllique et romantique. Qu’en fait c’est juste un mauvais moment à passer avant de découvrir sa sexualité. Sérieusement, vous en connaissez beaucoup, vous, des filles qui ont eu l’orgasme du siècle dès leur première fois ?

    En fait, ce qu’on devrait enfin oser dire aux filles en fleur, c’est que, des premières fois, il y en a plusieurs et que toutes ce produisent rarement en même temps :

     -          La première fois avec un garçon… ou une fille. On n’est pas sectaire. Parce que toute seule, ça ne compte pas.

    Ah si j’avais su…quel temps perdu...

     -          La première fois avec quelqu’un qu’on aime. Non, le ciel ne s’effondra pas si vous le faites avec quelqu’un qui vous attire à peine et que vous êtes juste curieuse. Du moment que c’est votre décision…

     -          La première fois avec quelqu’un qui vous aime. Personne ne vous blâmera non plus si le mec s’évapore juste après le coït. On a toutes eu à faire, un jour ou l’autre, à un serial menteur qui joue l’amoureux transit juste pour tremper son biscuit. Evitez quand même de le faire juste pour lui faire plaisir.

    -          La première fois avec quelqu’un qu’on aime et qui nous aime. Parce que, parfois, aimer quelqu’un et être aimé sont deux variables difficiles à réunir. Tout le monde ne tombe pas amoureux tous les quatre matins.

    Ah si j’avais su…quel temps perdu...

    -          La première fois qu’on a vraiment eu du plaisir. Celle-ci arrive en général avec beaucoup de pratique.

    -          Le premier orgasme. Avec quelqu’un, j’entends. Seule, c’est trop facile. Pour cela il faut non seulement avoir un partenaire qui sait ce qu’il fait mais également être suffisamment à l’aise avec son corps et avec le sexe pour se laisser aller complètement. Autant dire que ça met un petit bout de temps à venir.

    Ah si j’avais su…quel temps perdu...

    Toutes ces premières fois sont aussi mémorables et importantes les unes que les autres. La découverte de la sexualité ne se résume pas à la première fois qu'on couche avec un partenaire. Il y a des étapes. La plupart de temps, on les franchit une par une. Le savoir fait gagner beaucoup de temps et épargne bien des prises de têtes du genre : « mais pourquoi pas moi ? » la morve au nez devant l’épisode de Dawson où Joey se fait dépuceler par Pacey dans un chalet trop romantique et en redemande.

    Et puis, il y a la première fois qui défonce tout. La révélation. La fois où on se dit enfin « roh ce que c’est bon d’être une meuf ! », où on sort du lit en mode guerrière en disant « et dire qu’on vous appelle le sexe fort ! » et ou on se dit que, y a pas à dire, on ne pourra jamais être bonne sœur. C’est le jour où on découvre l’orgasme multiple.

    Ah si j’avais su…quel temps perdu...

    Pour celle qui ne l’on pas encore expérimenté, voici comment je le décrirais : Vous venez de commencer et vous éprouvez déjà beaucoup de plaisir quand tout à coup. Ouh là, ouh là, pas déjà quand même ? Si ? Ouh là, si ! Carrément. Au feu ! Oh mon Dieu, mon Dieu, mon Dieuuuuuuuu. Excité, Jules vous besogne de plus belle. Et puis… Non ! Quoi ? Non mais ce n’est pas possible ! Pas encore ! On a à peine commenc… Aaaaaaaaaaah. Ben dis donc, c’est vachement bon aujourd’hui. Il est en forme mon cher… Aaaaaaaaaaaarg. Et puis : Hein ? Quoi, encore ? Mais ça ne s’arrêtera jamais ! Mais comment il fait pour… Oh oh oh …mais c’est Noël avant l’heure ! Yessssssss

    Ah si j’avais su…quel temps perdu...

    Et ça, mesdames, on appelle ça un déclic : on prend soudainement conscience que le plaisir et, par extension, le désir, féminins sont supérieurs à ceux des hommes et que toutes les femmes sont des bombes sexuelles prêtes à exploser. Oui, toutes, même vous. Il suffit de vous laisser aller et de rencontrer le bon amant. On comprend enfin que, n’en déplaise aux puritains, si les femmes ont été dotées d’un clitoris, organe qui n’a pour seule fonction que de procurer du plaisir sexuel, c’est pour s’en servir sans aucune culpabilité. Et qu’il est grand temps de faire son deuil de la femme chaste qui ne fait l’amour que pour faire plaisir à son époux ou avoir des enfants.

    Asti! C’est quand même bien fait, la nature. Parfois, j’aimerais avoir deux vagins, n’est-ce pas Candi hihihi...nous pouvons rêver non ?

    Ah si j’avais su…quel temps perdu... 

    3 commentaires
  • Ma succube peut-elle être incubée par son incube ?

    Incubes et succubes c’est la même chose, ce sont des forces sexuelles bloquées dans le cerveau d'êtres qui veulent l'être.

    Je suis ta succube mais je te veux même si tu es mon incube…

     

    L’appel de la succube (texte d’Amélie Nothomb)

     

    Toi

    Au fond de la nuit, tu ne dors

    Au fond de la nuit, tu t'agites et tu cries

    Au fond de la nuit, tu as peur

    Au fond de ton cœur, tu sais bien que c'est moi

    Qui t'appelle

    Qui te veux

    Qui te prends

    Qui t'adore

    Qui te hais

    Qui t'en veux

    Qui rouvre ta blessure

     

    Toi

    Il y a si longtemps, ton sang était le mien

    Il y a si longtemps, tu m'appartenais

    Pour l'éternité

    Il y a si longtemps, tu te donnais à moi

    Il y a si longtemps, tu disais m'aimer

    Pour l'éternité

     

    Toi

    Tu as porté mon deuil un temps

    Puis il a fallu que la vie continue

    Mais au fond de toi, tu as peur

    Car tu sais que tu ne m'as pas survécu

    Tu m'appelles

    Tu me veux

    Tu me prends

    Tu m'adores

    Tu me hais

    Tu m'en veux

    Tu rouvres ma blessure

     

    Toi

    Jusqu'à l'infini, ton sang sera le mien

    Jusqu'à l'infini, tu m'appartiendras

    Pour l'éternité

    Jusqu'à l'infini, je te boirai la vie

    Jusqu'à l'infini, je te posséderai

    Pour l'éternité

    Jusqu'à l'infini, je te boirai la vie

    Jusqu'à l'infini, je te posséderai

    Pour l'éternité

     

    Et je ne suis que poussière de Vie et parfois j'ai eu mal

    Le vent souffle, ton corps tremble, comme transpercé par le froid,

    Dans ton regard chaud et doux, ta vie défile tout bas,

    Quel est ce mal qui te ronge ? Qui te détruit pas à pas,

    Rongeant vilement le reste de ta force, n'abandonne pas.

     

    Je t'ai vu dans ton abyme chercher le temps, chercher l'issue,

    Tu attends là croyant savoir, plongeant encore plus bas,

    Quel est ce mal qui te ronge ? Qui te détruit malgré toi,

    Tu te laisses envahir par ce poison tu ne te bats pas !

     

    Cherchant la délivrance, j'ai trouvé la douleur

    Je voulais simplement détruire ma peur,

    Je ne peux plus combattre, me restant les larmes,

    Pour seul accompagnateur..

     

    Où est cette voix qui me guidait quand j'avais peur,

    Dans mon enfance je puise mes derniers moments de bonheur,

    Tu me tues, tu me suis,je te fuis, tu me nuis.

     

    Chaque jour tu crois t'enfuir de ce que tu aimes parfois,

    Ce plaisir destructeur qui te protèges, tu crois ?

    Derrière ce masque éphémère que tu te construits avec ça,

    Tu es encore plus fragile que tu crois,

     

    Laisse la paix reprendre ton âme,

    Tu abîmes la vie qui coule dans ta peau,

    Envole- toi vers d'autres cieux,

    Le mal qui t'abîme est ton obsession.

     

    Je rassemble mes poussières de vie.

     

    1 commentaire
  • Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

     

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.  

    La Femme libre est, comme son nom l’indique, un électron libre. Elle n’est pas contrairement à ce que vous pouvez penser une pute, une catin, une salope, une menteuse, une mante religieuse… Non, elle est comme chaque être humain, elle est libre, libre de son corps, libre de ses pensées, libre de choisir sa sexualité.

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

    Elle est respectable et elle ne juge pas mais elle respecte les autres. Elle a aussi une parole et un choix de vie. Tout choix de vie est respectable. La Femme libre est un diamant brut et dans ce mot il y a « amant ». En effet elle est amante avec ceux qu’elle chérit. Lorsqu’elle dit aimer elle aime.

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

    Elle est bien dans sa peau, libérée

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

    mais comme tout elle peut avoir des faiblesses. Elle est souvent difficile à comprendre car elle a un caractère bien trempé ce qui en fait sa force et son attachement. Quoi de plus délicieux qu’une femme libre qui se donne en son âme et conscience. Elle n’a aucun tabou dans le librement consenti elle se donne de ses quatre orifices qu’elle a su apprivoiser à merveille. Souvent elle est bi.

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

    Elle est très friande de nouveaux plaisirs, d’expériences nouvelles car, comme elle dit, elle ne veut pas mourir idiote. Elle est directe et dit quand cela ne va pas mais aussi dit ce qui lui plait. Elle est souvent nympho et aime jouer avec ses joujoux et les partage avec ses partenaires.

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

    Elle préfère de bonnes parties de sexe à tout autre chose, n’est pas friande de porno mais surtout de vidéos amateurs pouvant être source de découverte. Elle aime beaucoup parler de sexe, échanger. Elle sait qu’en ce monde rien n’est meilleur que ses orgasmes

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement..

    En résumé, elle est à l’écoute de ses désirs et n’hésite pas à les communiquer à ses partenaires. Elle reste ouverte à toutes propositions. Quel bonheur ! Elle a souvent plus de besoin au sein du couple et cultive un jardin secret ne voulant pas forcément tout casser dans son couple. Elle est souvent hyperactive.

    Le Femme libérée…elle veut vivre librement.

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique