• Ma Vie, un long fleuve tranquille… Foutaise !

    Les enfants ne sont pas responsables des erreurs de leurs Parents mais ils les subissent en silence avant de se révolter en eux-mêmes bien souvent avant d’essayer d’exploser ou de se détruire. Parfois ils arrivent à reprendre leur souffle et à émerger de la mer où ils se noyaient. Alors ils mettent un certain temps à se reconstruire s’ils y parviennent.

    Je ne sais si je vais y parvenir mais j'en ai la volonté et j’ai déjà beaucoup progressé.

    Je n’ai toujours pas pris cette décision qui me fait peur, qui obstrue ma vision, qui me bloque, qui me harcèle. Je devrais être morte et pourtant je vis. Je me suis autodétruite plusieurs fois dont une fois avec des conséquences irrémédiables.

    Ma petite vie se compose de trois époques :

    - Mon enfance comme tous les enfants, non pas comme tous les enfants car j’avais des Parents absents.

    - Puis mes 8 ans, la séparation, l'Australie...le drame: la descente, l’incompréhension, la destruction, tout s’écroule.

    Tu essayes de te raccrocher à des branches. Tu te retrouves, bien qu’ado, adulte avant l’âge et tu choisis sans savoir pourquoi de te battre contre toi-même : Sombrer, se détruire ou se raccrocher.

    Un peuple m’a secourue, un peuple que des idiots nomment primitifs, sauvages ! Mais qui sont les sauvages ? Surtout pas eux, ces autochtones à qui on a volé leur pays, les détruisant, les exterminant sans le moindre pardon (Hein Messieurs les ricains quand demanderez-vous pardon aux Amérindiens, QUAND ?)  Ce peuple qui ne vous pose pas de questions mais qui sait vivre, vous accepter sans rien vous demander juste en vous apportant leur Amour.

    Tu te réfugies aussi dans le travail sans savoir pourquoi, comme l’autruche, tu mets ta tête dans le sac, tu deviens brillante car tu te noies dans ce travail qui te fait oublier qui tu es. Tu ne sais toujours pas pourquoi mais tu es brillante, du moins on te le dit car tu ne crois personne, tu fuis, tu survis, tu te débats en faisant n’importe quoi pour croire exister, tu vis des expériences déplorables, tu couches, (je ne me suis jamais droguée et essayer TOUJOURS d’éviter cela), tu penses aimer et il te trahit ajoutant encore plus de tristesse à ta vie, rien ne marche bien sûr tu es le mal en personne… Alors tu fais n’importe quoi pour essayer d’attirer l’attention, de te faire aimer… Ah ce besoin d’Amour que tant oublie.

    Quand je les regarde sur le net, en particulier, essayer d’exister, je me dis qu’ils perdent leur temps. Seule la réalité de LA VIE peut vous faire exister surtout pas ce net de l’illusion, de la futilité, du mensonge, des m’as-tu-vu, des prétentieux qui essayent de vous en mettre plein la vue ne sachant eux-mêmes jouir de cette vie. Alors vous criez et…

    - Fin 2011, débute ce que je nomme ma reconstruction. Là, tout s’éclaire petit à petit. Le soleil darde à nouveau de ses rayons sur mon cerveau. Je renais ou du moins essaye grâce à un entourage merveilleux.

     

    Voilà en gros comment je vais me parler. Personne n’est obligé de lire. Je voulais désactiver les commentaires, mais en fait je les laisse car je ne censure jamais. S’il y a besoin d’en savoir plus…

    « Avoir peur de soi-même n’est pas un signe de faiblesse mais bien de lucidité » Chloé

    compteur gratuit

    « La science peut-elle…Mets ta morphose... »
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter