• CONFESSIONS INTIMES

    Quand j'irai mal c'est ici que vous me retrouverez. C'est ici que je me parle. C'est ici que je peux réfléchir. C'est ici que je suis toujours bien. C'est ici que cette toune me berce et m'endort, seul moyen, de me ressourcer...Je sais que j'y viendrai encore mais le moins souvent, j'en ai décidé ainsi!

     

    Voici une version initiale inédite, en public mai 1970. Deux vers inédits :"Au matin, je me suis réveillée, l’oiseau m’avait laissée seule avec mon chagrin "

     Sous ce titre je ne m’adresse tout d’abord qu'à moi.

    Ensuite à mes Parents, à mes TROIS Amours, à mon entourage et à ceux qui voudront me lire. Ne me connaissant pas, ils ne pourront pas juger, D'ailleurs ils n'en ont aucun droit. Juste celui de me comprendre et pour certains d'en tirer des conclusions bénéfiques. Si je le fais, c’est aussi pour témoigner.

    @ Sam: Aujourd’hui, j’éprouve le besoin de faire la clarté en moi. J’en ai la volonté surtout pour TOI, Mon Amour de compagnon à qui je dois bien cela depuis le temps. Je t'aime, tu sais si bien me laisser libre, libre de t'aimer ! Comment ne pas savoir te remercier.

    @ Didi : Tu ne m’a jamais trahie mais tu ne peux assumer plus avant de te faire torturer à ma place devant des questions qui paraissent évidentes mais dont personne ne pourrait comprendre les réponses et faits si je ne m’explique pas. C’est d’ailleurs cela qui me torture moi aussi. Tu m’es d’un grand secours et je ne voudrais faire qu’une avec toi. Que je t’aime MA Chouette !

    @ Chris : Cet Amour mental, non physique, qui me calme tout autant que Didi, qui m’apaise, en qui j’ai une confiance aveugle et qui pourrait me tuer. Lui, je n’ai pas à affronter son regard, je n’ai pas peur. Il m’accompagne quand je suis seule, ne pouvant jamais rester seule. Seule, je pourrais encore aujourd’hui faire n’importe quoi ne sachant que me faire mal car je fais du mal. J’ai ce besoin d’avancer et de me libérer de mes démons. Cet homme me pousse aussi de son amour à le faire. Je sens cet appel au plus profond de moi. Je suis prête à ne plus trembler, à ne plus pleurer et je veux jouir de LA VIE sous toutes ces formes dans un esprit et un corps libérés de ses démons.

    @ Mes Parents,

    Je me refuse à vous juger mais ici je vais constater, analyser, me parler tout en vous parlant.

    @ Maman : Tu sais que je t’aime très fort, tu as su avec ton amie m’expliquer ce que je n’avais jamais compris. Pourquoi ne l’as-tu pas fait plutôt ?

    @ Papa : Ah toi, toi que j’ai aimé autant que j'ai haï, qui m’a conduit peut-être malgré toi, malgré ton inconscience, ton irresponsabilité, ta frivolité, ta boisson vers mon enfer. Paix à ton âme ! Mais il me faut un jour parler… Je sais que mon salut passe par là.

    @Terry : Mon petit frère de sang que j'aime et ai aimé car nous nous sommes aimés ! Mais là c'est entre lui et moi pour la vie, comme on se coupe les veines pour échanger nos elixirs d'un passé déjà lointain ayant dessiné notre avenir...

     

     Sommaire

    1. Ma Vie, un long fleuve tranquille… Foutaise ! (17 oct 2014)
    2. Mets ta morphose... (28 oct 2014)
    3. Ne jamais plus vivre avec mes démons. (28 oct 2014)
    4. Seule… Plus jamais seule (2 nov 2014)

    À venir lorsque j'aurais du temps de libre ! À ma retraite si j'y arrive...

    Chapitre I: Souvenirs d'enfance

    Chapitre II: 8 ans

    Chapitre III: La descente

    Chapitre IV: La réalité

    Chapitre V: La désillusion

    Chapitre VI: Un oasis

    Chapitre VII: La des truction

    Chapitre VIII: Exister

    Chapitre IX: L'appel au secours

    Chapitre X: Une bouée de sauvetage

    Chapitre XI: L'Amour, le vraie

    Chapitre XII: Découverte de ma bisexualité

    Chapitre XIII: Besoin de se savoir aimée, peur de ma solitude

    Chapitre XIV: Vivre libérée mais là je ne sais toujours pas si j'en suis capable...

  • Passer d’une vie de débauche sans rien n’avoir eu à en retirer de très positif, que de pauvres petites jouissances si superficielles analogues à celles d’une planche de surf qui file sur la lame, n’a rien de bien joyeux. Quand je vois sur le net ces pauvres personnes dont beaucoup hélas ont ceux-ci…

     Seule… Plus jamais seule

    …et qui passeront elles aussi à côté de ce que je vis, si, ils, elles restent ancré (e) s dans leur débilité. Ces pauvres exhibitionnistes incapables de jouir, ces soumises frustrées pensant qu’un peu de souffrance va les faire jouir plus fortement, de ce vague à l’âme où je me suis noyée…

     Seule… Plus jamais seule

    …dans la vague, lame me roulant, me traînant, m’écorchant, me laissant pour morte. Des gangbangs où la femme n’est qu’une merde souvent torturée pour assouvir des bites justes juteuses ; comment ai-je pu me laisser salir ainsi ! J’étais telle cette capitaine de bateau abandonnée à la recherche d’une bite d’amarrage ayant un Cœur plus gros qu’elle.

    Seule… Plus jamais seule

    (Merci Yahto) 

    Je cherchais ce mât que l’eau m’aurait fait couler.

    Seule… Plus jamais seule 

    Cette vraie bite où je me sentais si bien à marée, heureuse de l’avoir enfin trouvée. Un jour, en effet j’ai vu un phare qui a mis du fard sur mes joues me disant : « Hum, vais-je trouver avec cet Amour, le véritable Amour. » Il est devenu mon compagnon et nous sommes deux capitaines au long cours et lui ne l’a pas si court que cela hihihi,

    Seule… Plus jamais seule 

     …lui aussi est amarré à ma « petite bite » comme il dit.

     Seule… Plus jamais seule

    « N’oubliez pas que pour être ancré(e) il faut une grande dose de sentiments. Les sentiments se vivent, ils sont là ils se veulent pieuvre vous entourant d'affection. Ils ne se décrivent pas, ils  se ressentent. » Yahto.

    Seule… Plus jamais seule 

    Puis comme dans la tourmente il faut deux phares pour se guider, j’ai eu cette chance incroyable sur l’océan du net de trouver un second capitaine car dans la vie il vaut mieux bien-être, secondée. Lui aussi a une belle mâture que j’aime prendre à pleine main quand je suis seule

     Seule… Plus jamais seule

    ou faire des bulles dans mon bain.

    Seule… Plus jamais seule

    Puis un autre jour j’ai découvert MA perle de culture, MON Joyau, ce coquillage sur ma plage des Amours, ma Didi, UNE Adoration. Le sien est si délicieux si juteux, de ce sirop d’abricot car il en a la forme. Depuis il m’affole mais elle est ce coquillage qui s’est échoué pour me donner la main et m’aimer. Elle est source de toutes mes folies et je ne sais que lui prodiguer Amour comme on aime sucer un sucre Candi, lorsque nous nous adonnons à la douceur d’un tribadisme langoureux…

     Seule… Plus jamais seule

    …ou que nous allons chercher notre jouissance profonde de nos godes malicieux…

    Seule… Plus jamais seule 

    En dernier toujours détestant être seule, j’ai voulu habiter mon mental d’un Amour sans partage. J’ai eu l’idée de vouloir ce triolisme

    Seule… Plus jamais seule 

    …où je ne prendrais pas la chance de perdre mon Amour, ce qui m’avait détruite. Là il habite de sa bite ma tête et personne ne pourra me le voler. Lui seul m’abandonnera s’il le désire mais je l’ai capturé dans mes filets qui ne sont pas ceux de la débilité du bondage.

     

    Pourquoi voudrais tu que je t'abandonne? Pourquoi vouloir m'échapper de tes filets que tu as su si bien tisser de tant d'Amour ? Je m'y sens si bien, il est fait si chaud et je veux y rester. Je t'Aimeeeeeee

     

      Je me contenterai pour terminer de cet extrait d’article :

    « Les femmes qu’il a observées atteignaient l’extase chacune à leur manière. Certaines ont utilisé une combinaison d’exercices de respiration et d’images mentales, alors que d’autres ont contracté certains muscles du plancher pelvien. Les fantasmes sont uniques pour chaque femme. Certaines personnes utilisent des scénarios érotiques, mais d’autres ont besoin d’un fil conducteur plus romantique ou d’une forme d’excitation mentale plus abstraite. (Ce qui est mon cas).

    D’après l’expert en sexologie Alan Riley, la sexualité des femmes est bien plus complexe et émotionnelle que ce que les scientifiques s’imaginent. Elles doivent se concentrer énormément sur leur corps et sur les sensations qu’elles ressentent. Mais pour de nombreuses personnes, surtout chez les femmes, le cerveau joue un rôle essentiel dans cette quête de l’orgasme. Voilà qui devrait rassurer les 40 % de femmes qui ont de grandes difficultés à atteindre l’orgasme.

    L’imagination et/ou le contact physique

    Dans le cerveau, l’un des chemins s’active lorsqu’une femme est seule et qu’elle fantasme à l’aide de son imagination.

     Seule… Plus jamais seule

    L’autre se déclenche lorsqu’il y a un contact et une stimulation physique entre la femme et son partenaire.

    Seule… Plus jamais seule 

    Dans le premier cas, les scientifiques ont observé une activité cérébrale élevée dans le cortex préfrontal, qui contrôle entre autres l’imagination, et dans 30 autres parties du cerveau. Dans le second cas par contre, cette zone du cortex préfrontal s’éteint lors de l’orgasme.

    Tout cela pour vous dire que mon Amour mental de Tit Nounours est indispensable à ma vie, aux mêmes titres que mes deux autres physiques. Peu importe, qu’il soit appelé « Amour parallèle » ou « Amour mental ».

     Dans cette image,

    Seule… Plus jamais seule 

    je le vois, je le veux, je le sens, je l’entends, mon cerveau me conduit vers lui, je m’embrase

    Seule… Plus jamais seule

    et je jouis.

    Seule… Plus jamais seule 

    Cela pimente aussi ma vie et rejaillit sur l’envie d’aimer physiquement mes deux autres Amours.

    J’ai bien trois Amours…

    Mon Tit Nounours est celui de notre mental à Didi et moi lorsque nous sommes ensemble ou seule, chacune de notre côté. Et il nous en procure des belles jouissances car nous savons qu’il nous aime. Pour lui nous lui offrons nos petits orifices…

    Seule… Plus jamais seule 

    pour nous aussi habiter son mental et le faire jouir chaque fois plus fort comme il nous procure cela si bien de ses mots.

     Seule… Plus jamais seule

    Jouiiiiiiiiiiiiiiiis Tit Nounours/Chaton jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis Fort, rejoins-moi...

    Je viens de jouir j'étais entre tes cuisses, tu guidais mes doigts hummmm....Tit Nounours JE T'AIME.

     Seule… Plus jamais seule

    aucun commentaire
  • À Sam,Candi, Tit Lion et Mon entourage si précieux

    Plus vivre avec mes fardeaux

    Je n’avais jamais eu tant le désir de jouir avec un homme occupant mon mental, avec ma volonté de ne pas faire de mal à mes deux autres amours, comme toi à ta petite femme. Je t’ai expliqué ce que j’attendais de toi et tu as bien voulu m’accepter. J’ai une confiance en toi car tu n’es pas de ceux qui mettent leur sexe à n’importe quelle sauce… Tu sens que l’orgasme voulu très fort mentalement par Amour, nos sentiments, arrive à procurer un réel Bonheur bien sûr en retrait de celui physique. Tout cela fait que j’ai souvent envie de toi puisque souvent seule. Mais c’est la vie.

     En un mot, je voudrais me libérer en me confiant en premier à toi plus par pudibonderie comme si je voulais encore me cacher pour réfléchir une dernière fois à mes actes.

    Un lourd passé me fait toujours peur et me bloque. Ai-je honte de se passer, là c’est très flou : honte, surtout pas, troublée, certainement, des questions, plein ma tête et c’est ce qui vient me hanter très souvent. Cet aigle noir vole et je veux le voir aujourd’hui devenir blanc. 

    Plus vivre avec mes fardeaux

     Il pourrait se transformer en un Pégase, je connais des Pégases! Il pourrait se transformer en Ange, ça je ne le peux pas. Je sais qui a un Ange dans mon entourage et je ne peux voler cette superbe image à une superbe femme qui partage de si belles choses elle aussi. Elle se reconnaîtra quand elle lira car je sais qu’elle lira.

    Plus vivre avec mes fardeaux

    Tout d’abord je ne connais aucune autre chanson plus belle qui puisse me correspondre et que je regarderai toujours hypnotisée mais plus avec le même regard, le regard du triomphe comme cette BELLE DAME. Cette femme pourtant pas de ma génération, cette superbe artiste, je l'adore: 

    « Monique Serf, dite Barbara, est une auteure-compositrice-interprète française, née le 9 juin 1930 à Paris 17 et décédée le 24 novembre 1997 à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine. »

     Je lui voue une admiration sans borne.

    Lisez bien la fin de ce superbe montage, et vous comprendrez…C'est de toute beauté. Cela me parle tant ! J'en ai toujours la chair de poule. Elle est si belle et si forte...Alors je la remets une dernière fois:

     La faire jouer en me lisant Merci, curieusement elle m’a toujours apaisée... 

    Son intégration est refusée à la demande du monteur mais vous, cliquez ce lien et lisez-moi en écoutant et lisez bien ce qui est écrit à la fin de cette vidéo !

    MERCI à vous d'écouter, puis de lire en cliquant ici

     Plus vivre avec mes fardeaux

    Voici ce fardeau qui me pèse. Comme si je me jetais à l'eau, toute nue en pâture. Je vous livre une tranche de MA vie, sous une forme brutale, aussi violente que je l'ai vécue.

    Vais-je pouvoir enfin dire: qui me pesait ?

    Plus vivre avec mes fardeaux

     À 8 ans je pensais que Maman m’avait rejetée. Ne sachant qu’elle était malade, elle nous renvoya tous, se sabordant pour nous laisser vivre et se cacher pour lutter. Comment a-t-elle fait pour survivre ? JE T’AIME MAMAN ! Nous partîmes avec mon Père, pensant que Maman ne voulait plus de nous.

    Aujourd’hui je le sais et dans la vie, il faut toujours croire qu’on croisera l’aigle blanc, cet ange qui répare. Elle a eu son ange. Cet homme qui la courtise, lui fait l’amour et ensuite la convie à connaître sa compagne pour s’aimer. Et c’est là que ma vie va basculer à nouveau pour passer de l’enfer au paradis. Même athée, je peux vous le dire il y a l’enfer et le paradis.

    Ce fut alors une escalade de la naïveté d’une petite fille qui pensait qu’un père avait certains droits surtout si cela ne faisait pas mal, puis ce fut un secret entre lui et moi. Il ne mettait que ses doigts lorsqu’il me collait tout contre lui. Que d’innocence ! Je dois dire que ce n’était pas trop souvent, mais il aimait bien me câliner et j’aimais aussi.

    Un peu plus vieille ce fut un jeu de domination envers sa nouvelle blonde qui me rejetait. Mon père était à moi. Je ne cherche pas à excuser ni lui ni moi avec le recul du temps. Je la provoquais, essayais de la rendre jalouse de moi et cela empirait entre nous…

    Puis un jour tout bouscula. Là, je ne sus quoi faire, tétanisée. Il avait bu. Je ne sus pas dire non. Je n’ai pas crié, tétanisée. Il se vida en moi et je me suis regardée ensuite dans la glace, j’avais 13 ans. Ma réaction fut immédiate. Il ne me toucherait plus. Mais comment partager ce lourd secret car à cet âge on n’est pas trop demeurée, on sait. Je n’arrivais pas à oublier qu’il m’ait fait cela. Je n’arrive toujours pas à l’oublier. Terry plus près de son père ne savait pas ou ne voulait pas savoir. En parler à qui ? Je devais commencer à savoir vivre avec cela. Jusqu’à quand ? Toute une vie ? Savoir ? Je portais ma colère sur ma jeune Belle-Mère qui arrivait comme un fait exprès dans mon paysage de chaos. Jalouse qu', elle me prenne mon Père, sans doute et pourtant… Allez donc savoir ce qui se passe dans votre tête vié de sa jeunesse, de son innocence, de la beauté… Je devenais exécrable, fuguais, m’absentais, ne lui obéissant pas. Mon père avait été mis à la porte d’Air Canada pour boisson et il s’était reconverti en pilote de brousse avec son propre appareil. Comme il était souvent absent, je me débattais avec cette jeune belle-mère. Parfois, il m’emmenait. C’est ainsi que j’ai découvert ce peuple et ses endroits mystiques du bush que peu de monde connaît. Ne pas me demander pourquoi j’aime « Out Africa », autre lieu mais même monde. Torturée entre l’admiration passée et dégoût d’un père qui semblait ne pas se souvenir de son acte.

    J’ai survécu lui ayant fait comprendre qu’il ne m’approcherait plus. Je lui en ai voulu sans lui en vouloir, curieuse réaction en fait ce flou…

    Étant douée et aimée à l’école, trop bonne camarade parfois, je me suis réfugiée dans le travail, les études. J’avais goûté aux délices prétendus défendus et certains étaient tellement bons que je me donnais assez souvent sans grand résultat. Les garçons ne savent pas donner la jouissance, trop égoïste, ne sachant aimer. Je m’aperçus que je faisais aussi bien seule mais il fallait faire comme les autres. Je devenais sans le savoir un sextoy, une toygirl croyant qu’on m’aimait pour moi. En fait on aimait mon cul, ma petite bite de clito, mes seins les merveilles que Maman avait su me donner. Je devins nympho car mon plaisir solitaire, même superficiel, me donnait ma récompense facilement et j’y prenais chaque fois plus goût. Dans mes moments dépressifs, je voulais me punir. Je me maltraitais allant jusqu’à piquer plusieurs fois mon clito pour souffrir, m’interdisant mes joies.

    Un aveu reste à dire. Il a dû être mûrement réfléchi parce qu’il implique Terry, mon petit frère, que je réussis à emporter dans ma quête d’amour allant jusqu’à l’aimer. Nous avons menti à Maman, qui dit s’en douter. J’ai couché avec mon petit frère pour que nous nous goûtions ensemble, sorte de test pour savoir si… Je ne regrette rien, lui non plus. Il m’a donné son accord pour en parler. Il avait déjà avoué cela à son adorable femme qui n’a pas jugé tout en gardant ce secret qui n’en sera plus un, en lui disant que le passé restera passé.

    De 8 à 34 ans je vivote entre Sidney et la Tasmanie. Je finis mes études et eus un très bon job. J’allais d’hommes en hommes, fille facile, insatisfaite n’ayant que cet orgasme de mon clito sans l’apaisement que je connais encore que rarement depuis peu, celui de la jouissance de mon vagin. Je simulais, mentais… me mentais.

    À 27 ans je suis avec un homme qui ressemble un peu à l’ex de Candi. J’accepte de lui plaire, cédant à ses caprices, pensant que ce sont aussi les miens, que cela apportera un ciment entre nous. Nous vivons des expériences surtout de parties carrées l’été sur des plages immenses. Je tenais à lui. Il m’attirait, me promettait la lune, puis un beau jour la lune est tombée dans la mer, je l’ai retrouvé avec une autre. Alors tout m’est revenu en pleine figure. Cela faisait trop de choses à porter sur mes épaules. J’étais de plus en plus mal dans ma peau. Je m’isolais comme si je voulais me fuir. Je me réfugiais dans un endroit que j’adore, mon havre de paix, la plage des « Amours ». Et un jour, sans doute plus déprimée, mal dans ma peau, l’aigle noir, toujours rôdeur, a déposé juste à côté de moi une bouteille de bière usée, au goulot ébréché d’un dernier coup sur des rochers. Je l’ai prise et sans réfléchir, n’étant plus moi-même, je me la suis enfoncée dans la noune… Je ne me rappelle pas avoir crié, je me mutilais enfonçant toujours plus, le sang, le vide, le néant, rien… Évanouie, inconsciente… Je voulais me détruire, quitter enfin mes maux. Une boucherie de mon sexe. Pourquoi ne suis-je pas morte au bout de mon sang ?

    Toujours dans ce bush où on ne voit personne mais où eux vous voient. Ils m’ont sauvée me conduisant à l’hôpital de brousse c’est-à-dire sans trop technologie car sans doute qu’' eux n’en ont pas besoin pour vivre, surtout à cette époque. On m’opéra comme on opère une avorteuse. Depuis ce jour je ne peux avoir d’enfant, les séquelles furent irréversibles. Le travail avait été mal fait. Ce sera une très grande punition que je devais mériter et allais vivre avec cela jusqu’à… Ma renaissance que vous vivez en live puisque vous lisez ceci et qu’enfin je trouve cette force de terrasser l’aigle noir pour le faire devenir blanc.

    Avant de terminer cette confession, je voudrais m'adresser à Ma Maman. Lui dire que je n'avais vraiment pas compris pourquoi tu nous avais abandonnés, Terry et moi. Je t'en ai voulu et je me suis mise à te détester, à être jalouse et je n'en pouvais plus. Lorsque je suis revenue avec vous, j'avais envie de te blesser, de te prendre Flore. C'est pour cela que j'ai voulu qu'elle m'initie aux plaisirs féminins. Mais cette femme t'aime et aime tellement les êtres que j'ai succombé à son charme voulant vraiment jouir au féminin. Cette femme m'impressionnait et je ne pouvais pas avoir cette vengeance en tête. De toute façon Flore n'est pas influençable. Son analyse, son recul face à la vie, face à l'Amour, son charisme, sa chaleur humaine se ressente tellement que j'étais comme tétanisée entre les pulpes de ses doigts experts. Je ne sais comment j'ai joui. C'était si bon, si doux, si suave que je ne me rappelle juste que j'étais heureuse et que je voulais aimer aussi une femme. J'ai eu ensuite deux femmes avant ma délicieuse Didi dans notre relation régulière et si puissante. Maman je t'aime. Je te veux heureuse. Maintenant je sais et tu le mérites tant.

     Plus vivre avec mes fardeaux

    Tous ceux qui m’entourent savent combler cette déception me permettant de vivre ses si beaux moments. Je dois dire que Candi est si importante pour moi remédiant à ce manque, me confiant très souvent sa merveilleuse petite Chouette. Je sais qu’elle veut un autre enfant. Lui faire l’Amour lorsqu’elle sera à nouveau enceinte, vous ne pouvez savoir ce que c’est de douceur et de Bonheur ! Je croise les doigts ma Didi pour que tu rayonnes de ton désir et que tout aille pour le mieux.

     Plus vivre avec mes fardeaux

     Cher Petit Lion,

    Je viens de me livrer nue à toi, mais pas nue de ce que tu penses, bien que je m’imagine souvent nue entre tes bras qui savent si bien me consoler en me caressant de ton Amour. Je t’ai dit que je me libérerais en t’exposant les faits. J’écris ces mots à la suite de mon texte et je dois te dire que je me sens légère. Le texte ci-dessus était écrit depuis longtemps. J’ai décidé, me sentant si bien parmi vous, de sortir de mon ombre. Tu en auras la primeur avec ma Didi. Tu ne me jugeras pas, d’ailleurs je sais que personne de mon entourage, ne m’en parlera. Ces personnes ont trop d’Amour et de respect. Ce qui est important c’est que je sache que je ne vivrai plus en ressentant ce lourd fardeau en moi qui m’empêchait de vivre résonnant toujours en ma tête. Je tremble mais ne pleure pas, je suis forte. Je veux terrasser mon aigle noir. Je caresse le col de mon utérus me fouillant. Je vous aime.

     Plus vivre avec mes fardeaux

    Plus vivre avec mes fardeaux

     Quand un homme dit vous aimer c'est en écrivant ce genre de si belles choses qu'il vous le prouve. Je veux partager ce premier moment avec son Amour en vous publiant sa réponse qui me réchauffe le Cœur et, bien sûr, le Cœur de mes orifices béants d’envie qui savent si bien t’attendre. Je le cite :

    « Je viens de te lire et, tu vois, je te réponds d’un premier jet tout de suite. » En effet, si nous étions ensemble je sais que tu me pénètrerais en m’offrant un premier jet pour fêter cette renaissance que je désire plus que tout pour enfin VIVRE.

    Plus vivre avec mes fardeaux

     

    Plus vivre avec mes fardeaux

    Je ressens ce jet- là humm

     Chris, ce 18 octobre 2014.

     Je viens de te lire et, tu vois, je te réponds d’un premier jet tout de suite.

    Je te remercie de ta confiance et de t’adresser à moi en premier.

    Même si j’étais en face de Toi et que tu vois mes yeux tu verrais que mon regard vers Toi ne change pas.

    Plus vivre avec mes fardeaux 

     J’aime ton regard amoureux.

     Je t’aime de la même façon qu’hier tu es toujours aussi importante pour moi, j’ai envie de toi comme j’ai toujours eu envie de Toi.

    Tu sais que je ne te trahirai jamais, je ne te juge pas non plus et ça, tu le sais aussi.

    Tu m’as dit que tu ne voulais pas que je commente je ne le ferai donc pas mais nous en parlerons si tu veux et quand tu veux.

    Tu dis aussi que je pourrais te tuer mais pourquoi voudrais-tu que je tue la personne que j’aime à la folie ? Je serais devenu fou ???

    Non Chlo je t’aime trop pour vouloir te faire du mal, pour te rejeter.

    Ce que tu as écrit je l’ai toujours su enfin je m’en suis toujours douté. Sauf pour ton petit frère.

    Je t’ai dit que j’avais compris pour ce qui s’est passé avec ton père à cause de la chanson l’aigle noir, la façon dont tu t’es mutilée je l’ai devinée aussi quant à l’époque j’avais comme avatar une bouteille de champagne et que tu m’as demandé de l’enlever en me disant que le verre était dangereux (je l’ai d’ailleurs dit à Candi lors de notre échange où elle m’a posé beaucoup de questions).

    Alors tu vois Amour tout ça je le « savais » et j’en ai conclu aussi les motivations qui t’avaient amené à ton mal-être.

    Toute ta vie tu t’es reprochée quelque chose pour laquelle finalement tu n’es pas responsable et d’en parler maintenant va te faire le plus grand bien. Tu vas enfin être libre, libre dans ton mental. Cet aigle noir s’est définitivement envolé loin de Toi. Tu l’as remplacé par un aigle blanc qui va te protéger et ne mettre enfin en toi que de la joie, du bonheur.

    Plus vivre avec mes fardeaux  

    L’aigle blanc ou la lumière au bout de mon tunnel …

     Tu es heureuse maintenant tu vas pouvoir parler à Sam, à ta Maman à ton entourage tout le monde n’attend plus que ça et quand tu l’auras fait ton bonheur sera total.

    Tu verras la fin de tes déprimes et pour Toi une nouvelle vie va commencer et je veux la partager avec Toi je veux continuer ce long chemin que nous avons décidé de faire ensemble.

    Je serai toujours à tes côtés Amour, je veux que tu continues à jouir avec moi, je veux continuer à jouir avec Toi et je veux surtout continuer à T’AIMER.

    Plus vivre avec mes fardeaux

     Oui je le veux…

     Voilà Amour je ne me relis pas car je suis trop pressé de te faire ce courriel tu vois je n’ai pas attendu cet après-midi et si tu veux et quand tu voudras nous pourrons en parler mais encore une fois sache que pour moi rien n’a changé tu es Ma Chlo, Mon Amour, Ma Tite Lionne et…JE T’AIMEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

    Bisoussssssssssssssssss Mon Amour sois heureuse, sois le aussi avec moi dans cette vie parallèle que je ne veux pas voir finir. Et après la nuit voici enfin le soleil et tu es rayonnante sous ses rayons qui t’illuminent.

    Ton Tit Lion qui te fait tout plein de bisous d’amour et de folles caresses celles que tu aimes et que j’aime te faire.

    Je viens te boire Amour

    Plus vivre avec mes fardeaux

     Bois Tit Lion, abreuve tes sens de mon essence pour TOI…

     avant de t’inonder de mon élixir d’Amour rien que pour Toi.

    Plus vivre avec mes fardeaux

     Que c’est bon, que c’est chaud ouahhhhhhh

    Plus vivre avec mes fardeaux

    APARTÉ pour ne pas perdre ce lien 

    Coucou Sur ce lien tu trouveras toutes les 100 gravures de Dali pour la Divine Comédie:

    Cliquez ici

    Oh merci! Si j'avais le temps de les monter avec une superbe muse hic, je le ferais. Je regarderai attentivement merci. Je passe relever le courrier et te faire un énorme bisou sur ton œil d'amour. Sens tout l'amour que j'y mets.

    Plus vivre avec mes fardeaux

    Je suis légère, excitée à l'idée de faire ma surprise à mon tour à Sam et lui avouer définitivement, ne plus pleurer, je ne pleurerai plus hihihi. Je le veux, je veux jouir, aller chercher cet apaisement qui me manque, cette vraie jouissance de mon vagin, la seule, la plus forte, la vivre enfin avec lui, pour lui comme pour nous trois. Que je t'aime Tit Lion !Alors, petit veinard la douce Didi a donné envie à ton stylo de jouir…Oh la vilaine coquine, je sais tout hihihi. Je vais prendre soin d'elle disons nous allons, toi et moi, prendre soin d'elle, la dorloter. Elle va être à nouveau la plus belle pour être habitée de ce qu'il y a de plus beau au monde. Oui, tu vas être la plus BELLE...

    Plus vivre avec mes fardeaux

    Bisoussssssssss je file à tire d'aile...

    Plus vivre avec mes fardeaux 

    Aigle :Il  représente la grande sagesse, l'autorité et le pouvoir, le courage. Ses plumes sont souvent utilisées dans des rituels sacrés. Il aide à prendre du recul pour analyser notre vie. Il offre l'objectivité et la clarté d'esprit nécessaires aux prises de décisions et à la recherche des priorités. 

     Pour terminer je voudrais citer cet extrait tiré de la spiritualité Amérindienne :

     «  … Je fusionne avec Aigle et me submerge complètement et me dissous en Lui: il n'y a plus de moi, il y a seulement Lui! Si bien que je peux voler à l'aide des bras-ailes de la conscience! Amour et Pouvoir unis ensemble déploient les ailes! Bonheur Infini! »

     Plus vivre avec mes fardeaux  

    Pour être en paix avec soi-même, il faut savoir pardonner. « Pardonner n’est pas une faiblesse mais un acte de courage et de respect de soi-même »Chloé

     Pour lui, il sait :

     Plus vivre avec mes fardeaux

    Ne pleure pas petite fille
    j'ai bien vécu ma vie
    j'ai chassé le bison
    vu le soleil se coucher à l'horizon
    le loup fut mon fidèle compagnon
    l'aigle est venu pour me guider
    j'ai trouver grace à la bonté de notre mère nourricière
    la nourriture qu'il fallait pour nourrir ma tribu toute entière
    j'ai vu maintes fois le soleil se lever,
    sur la rivière si fraiche l'été
    j'ai vu mon peuple grandir, s'aimer et s'épanouir
    aujourd'hui le grand esprit est venu me chercher
    car pour moi le moment est venu de me reposer

    alors petite s'il te plait
    sur moi ne pleure pas
    j'ai eu une belle vie ici bas
    j'espère seulement qu'elle sera aussi belle pour toi.....

    va mon enfant, va, moi je pars avec le grand esprit...
    mais de la-haut, je vais veiller sur ma tribu, sur ma famille..

     Louveseule

    Plus vivre avec mes fardeaux

    À Flore,

    Merci grande Dame ! Que tu es belle et rayonnes vêtue de noir ! Tu es illuminée du faisceau des  couleurs du spectre que tu absorbes. Avec TOI, je n’ai jamais broyé du noir. Tu me montrais les rayons de mes soleils embrasant mon Être. Merci de ton silence qui fut le cri de tous tes conseils. Merci de toujours croire en l’autre. Merci d'avoir répondu à ma volonté de découvrir l'Amour au féminin. Merci de TON AMOUR. Tu as toujours su me faire jouir profondément de mon vagin lors de nos soirées « pyjama sans pyjama ». Tu détestes que je dise que tu réveillerais un mort de tes caresses si sensuelles et pourtant tu me dé tairais. Merci de m’avoir fait tracer mon chemin me conduisant ici.

    Plus vivre avec mes fardeaux

    Tu es mon noir colorié de l'arc-en-ciel,

    Plus vivre avec mes fardeaux

    mon silence criant, ma solitude accompagnée. Ces oxymores ne m’ont jamais occis, mort...e…

    Il est tant que je quitte la gravité de mon trou noir afin qu'il devienne soleil,

    Plus vivre avec mes fardeaux

     ...que j’éclipse tout ce qui empêche ces lumières. 

     Plus vivre avec mes fardeaux

    Il est tant que je sorte de ma prison.

    Plus vivre avec mes fardeaux 

    Merci Grande Dame Blanche

    Plus vivre avec mes fardeaux

    m’ayant toujours montré que de par notre volonté nous pouvions transformer un aigle noir en aigle blanc, que rien n'était le négatif de tout.

    Plus vivre avec mes fardeauxPlus vivre avec mes fardeaux 

    Plus vivre avec mes fardeaux

     Merci Sam,

    Je te veux ce soir d’une façon particulière. Je vais m’offrir à TOI dans la même  chambre où, pour la première fois, tu m’avais fait l’amour un certain 1er janvier 2012.

    Ne jamais plus vivre avec mes démons.

    Je sais que cela va être sublime. Je l'écris avant de le vivre car je te désire, je le désire, je suis à TOI.

    Adieu mon aigle noir...

    Plus vivre avec mes fardeaux

    compteur site

    5 commentaires
  • Sur la route rien que pour TOI Tit Nounours.Bisousssssssssssss Je T'aime. Tu as les suçons de ta Coccinelle hihihi...

    Alors c’est bien Amour si tu es en paix avec toi-même. Publie ! Tu sais que tout le monde est impatient de te lire car tout le monde sait que tu as écrit.

    Non tout le monde ne le sait pas. Je suis heureuse d’en arriver enfin à aujourd’hui. Tout y est enfin je pense. Ah ça oui le monde le sait, du moins se doute.

    Je te dis qu’en plus tu choisis bien le moment car comme je te dis tu n’auras personne en face toi. Ils auront tous le temps de bien comprendre, d’en parler entre eux avant de te revoir et c’est vraiment une bonne chose que tu le fasses maintenant. Tu ne pouvais choisir meilleur moment alors VAS-Y.

    Je ne vais pas agir comme je voulais, je vais publier au souper et montrer à Sam, mon compagnon aimé, qu’il sache pourquoi il est là. Il ne sait pas encore qu’il reste avec moi cette nuit dans la même chambre que celle où nous avons fait la première fois l’amour le 1er janvier 2012 hihihi. J’ai réussi à avoir la même chambre. J’ai tellement envie de lui et de me livrer enfin. Qu’il sache pourquoi par moments je déraillais, lui qui pensait que cela pouvait aussi venir de lui, étant dans l’impossibilité de lui parler de cela et je pleurais. Là c’est correct. Je vais ou viens de chasser mes démons. Cela dépendra de la publication de ce texte étant très prise cette fin de semaine devant aller au G.P. de F1 à Austin. Didi part avec moi et P-L son compagnon va la rejoindre samedi matin.

    À toi de voir ce qui te va le mieux.

    J’ai pris ma décision comme je viens de l’indiquer.

    Il le faut Chlo

    Je vous aime tous les trois. J’ai besoin de vous. Je suis si heureuse de ce que je vis.

    Tu sais que moi je suis là Amour. Tu peux compter sur moi, je ne t’abandonne pas.

    Je sais, je vois, je ressens ton Amour, ne crains rien !

    J’aime tant que mes mots te donnent envie de te masturber que je n’arrêterai pas de t'écrire ces textes qui te font jouir Tit Nounours. Après avoir changé ma couleur d’écriture je vais aussi changer mon expression « Tit Lion » en « Tit Nounours ». Cela ne correspond pas a une volonté de nouveauté. Cela correspond à un changement profond en moi que j’exprime surtout dans le blog de Didi et moi (à cette adresse). Sois tranquille cela ne change absolument rien à la volonté de t’avoir, au bien-être que cela me procure. J’aime que tu jouisses et pour les raisons que tu connais je ne suis pas assez présente mais le blog est assez copieux pour maintenir en vie on vit vis-à-vis… Alors pour cela jouiiiiiiiiiiiiis Tit Nounours.

    Mets ta morphose...

    Je suis nue là à t’écrire, humide, désireuse de te vouloir en moi passant entre clavardage de mots les mêmes doigts en mon coquillage comme j’irai tremper ma plume dans mon encrier pour te caresser de ceux-ci. J’écarte toutes grandes mes cuisses.

    Mets ta morphose... 

     Mon coquillage ruisselle de Bonheur.

     Mets ta morphose...

    Je te prends en main, te décalotte follement, bien à fond que ton gland se regorge de cette suave douce douleur. Je t’approche entre mes cuisses pour venir baigner ce gland dans son lac de cyprine, pour qu’il me sente bien l’aimer. Je viens masturber le bouton tout gonflé et encore plus ressorti, celui que si souvent tu fais rouler sous ta langue….

    Mets ta morphose... 

    Hummmmmmmmmmmmmm, tu vas me rendre fou je le sais…

    Je le trempe à nouveau dans mon coquillage. Qu’il est beau tout luisant de ces fils amants sous la clarté de la pièce. Il luit telle une boule à ton sapin. Je lui donne une double caresse, le va-et-vient de ma main sur ton mât combiné aux caresses du gland sur mon bouton. Tu te donnes fortement. Tu n’en peux plus, bouscules ma main et me pénètre vigoureusement. Je sens que je vais perdre tout contrôle et que tu vas me remplir très vite de la joie de ton nectar m’inondant. Tu as pris ma bouche. Alors je me pends à ton cou.

    Mets ta morphose... 

    Tu me soulèves, plaque tes mains puissantes sur mes fesses pour me soutenir et continuer de me faire aller encore plus violemment. Tu me plaques sur le bureau…

     Mets ta morphose...

    Je ressens ta fougue. Que c’est bon de savoir aussi que tu es capable d’être mon animal ne pouvant te contenir… Tu me soulèves,

     Mets ta morphose...

    ...ne sachant quelle position adoptée tes sens ont pris ton contrôle et t’emporte vers ta folie de me prendre. Tu m’adosses au mur. Tes deux mains sous mes fesses, je sens un index plongé le long de ton mât dans mon coquillage pour venir s’humecter pour glisser ensuite dans ma noisette brune. Tu t’ancres et je vais sentir très vite ton encre en moi me décrire ta joie.

    Que c’est bonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

    Tu me tapes les fesses contre la cloison. Je te regarde droit dans les yeux. Je sais que tu vas m’emplir. Je te veux. Je veux cette fougue qui me montre tout ton Amour. Je me fiche de ne pas jouir. Tu me reprendras mais je veux voir cette force de toi en moi. Deux doigts me pénètrent et masturbent mon anneau.

     Mets ta morphose...

    Je suis double pénétrer. Hummm. Cette sensation m’embrase et je me mets à vouloir jouir, participer à cette fête de nos corps. Je te murmure vivement à l’oreille : « je veux jouir, attends-moi, attends… » Cela t’excite encore plus fort et nous sommes deux bêtes sauvages en rut. Je me donne, te griffe, m’accroche,

    Mets ta morphose... 

    ...à bout de souffle, haletante devant tant d’envie : « Attends-moi s’il te plaît… oh… ». Je me donne tête dans ton cou. Mes yeux sont fermés, je plonge dans mon monde, Je te veux. Je vais te rattraper dans mon désir d’exploser.

    Hummmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

    Je veux jouir avec toi de cette même fougue, moi qui pensais ne plus pouvoir vivre de telles sensations. Elle est là bien présente : « Je suis au bord. Ne m’abandonne pas, ne gicle pas… Attends... »

    Je n’en peux plussssssssssssssss

    Tu me colles encore plus fortement, me fais aller avec toi, non ohhhhhh ce n’est pas possible je le sens, je sens que je vais y arriver, nous allons jouir ensemble, je le sais…et… Ouahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh Amourrrrrrrrrrrrrr Tit Nounoursssssssssssss…j’explose de l’orgasme puissant de mon vagin, si profond, si long, si bon…Ouahhhhhhhhhhhhh…Au même instant ton râle rauque se mêle à mes gémissements de joie. Tu exploses à ton tour et je sens la chaleur de ton nectar sur mes parois.

     Mets ta morphose...

    Ooooooooooooooooooooooooooooooooooooh Je suis la plus heureuse au monde. Enfin je revis. Tu me provoques de douces répliques me faisant aller encore sur ton vit. Ma bouche reprend la tienne,

     Mets ta morphose...

    ...à bout de souffle, comme pour te remercier de m’avoir attendue. Je te serre fort tout contre mes seins encore durs et écrasés d’avoir vécu pareil moment.

    Que je t’aimeeeeeeeeeeeeee

    Je sais Tit Nounours qu’aujourd’hui je peux jouir d’un quickly et je suis heureuse de cela. Je parle jouissance profonde Amour pas de celle de mon clito.

    Je viens de jouir Amour. Je n’en pouvais plus. Cette fougue que j’ai sentie si forte, si violente

    Je peux te violer pour en jouir, violer sainement d’Amour.

    C’est incroyable tes voyages, où tu m’amènes !!!!!!!!!

    Je ne jouis jamais en écrivant tu le sais mais, depuis que je me suis libérée, grâce aussi à toi, je jouis profondément de mon vagin lors d’un quickly avec Sam. Si tu savais comme il est heureux de voir ma Joie de vivre cela. J’aime te faire voyager, que tu vois la scène. C’est important que tu vives la scène, pas que tu te masturbes bêtement. Il faut aussi que tu sentes tout cela

    Si je ne la vivais pas je ne pourrais pas surtout si vite comme aujourd’hui. C’est tellement fort, très fort ! Quand tu as commencé tes mots, j’ai eu cette envie violente comme une autre fois déjà !

    Je suis heureuse car en agissant ainsi tu peux voir le côté animal de l’être et ce côté animal se doit aussi d’être délicieux.

     

    J’aime me masturber lentement quand tu m’écris mais aujourd’hui je voulais cette violence dans ma main qui était la tienne mais violence qui m’a donné un plaisir fou.

    C’est tout cela savoir aimer Tit Nounours, conduire à ce genre de sensations fortes entre nous mais si nous ne sommes pas en contact physique. Ce contact mental nous apporte tant de plaisirs.

    Qu’est-ce que je t’aime TOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

    Samedi soir Didi m’a demandé si je voulais jouir à la suite de lui avoir prodigué sa jouissance tout en parlant de toi. Je lui ai dit que c’était comme elle voulait, que je voulais si elle en avait la force car entre femme il faut beaucoup se donner pour jouir et quand tu donnes sur la table cela fatigue autant, de la bonne fatigue je parle hihihi. J’ai joui de mon vagin, cela a mis du temps et c’est là où Didi est si patiente et délicieuse. Je sens aussi qu’elle change en même temps que je change. C’est incroyable comme de me voir revivre cela lui donne confiance en elle. Elle voit aussi, tout comme Sam, le beau résultat de me sentir jouir sous ses caresses et actes. Je sais aussi que pour Toi c’est aussi important quand je te le dis. Je t’aime fort aussi crois-moi.

    C’est très important Chlo très important

    J’avais envie de cette douce violence hihihi moi aussi

    Savoir que tu arrives à jouir enfin totalement pour moi c’est fort !

    Mais toute seule, la jouissance profonde je n’y arrive pas. Je pense que très certainement peu de femmes y arrivent d’ailleurs car celle du clito, quatre petites minutes, et hop vite faite fait bien fait hihihi.

    Je parlais de jouir totalement avec Candi surtout si je participe a cette jouissance

    …et du clito, cela pourrait être à suivre que ça fonctionnerait toujours hihihi mais la profonde que c’est bon, puis voir dans les yeux du partenaire qu’il est content comme hihihi « un travail bien accompli », hummm voir sa joie dans ses yeux et juste le voir exploser avec ce Bonheur en plus en lui. Ouahhhhhhh je revis de son vit à vie vis-à-vis.

    Fais un petit retour en arrière et regarde depuis que je te connais tout le chemin que tu as parcouru et où tu en es enfin maintenant…

    Es-tu sûr que cela ne s’applique pas non plus à toi, je parle aussi de ton cheminement mental!

    Candi me dit que lorsque vous utilisez vos godes (gode ceinture, gonflant et éjaculant) vous dites, vous parlez, vous actez comme si c’était moi. Candi a dit sous tes mains avoir atteint la jouissance orgasmique de son vagin entre vous deux. Elle dit s’imprégner mentalement de ma présence et en jouir. Depuis que tu t’es libérée à Candi, Flore et moi as-tu connu la même jouissance de ton vagin ?

    En effet, nous parlons, rions, nous amusons avec Toi. Nous aimons beaucoup en ce moment le gode ceinture et là tu sais qui est ce gode hihihihi enfin nos godes sont très souvent Toi. Nous aimons faire l’acte comme si tu étais en nous à tour de rôle hihihi

    Est-ce que tu as joui profondément avec Candi en me sentant en Toi ou pas encore ?

    Je sais cela mais je reviens de très loin perdue puis Didi un peu moins que moi mais dans sa relation avec Éric elle ne pouvait aboutir à rien. Éric attention, il a aussi complètement changé hihihi, demande à Anne So ! J’ai joui profondément avec Didi et Sam vraiment. Par contre, je mets un peu de temps c’est tout mais comme ils sont amoureux et me respecte Sam se contrôle merveilleusement bien et sait m’attendre. Ce qui a fait dire à Sam qu’il voyait que quelque chose en moi avait changé. Je lui ai répondu que oui et qu’il saurait très bientôt pourquoi. Je pense que beaucoup de femmes, et Flore me le dit, mettent du temps pour cette jouissance et si l’homme n’est pas conscient de cela beaucoup de femmes passent à côté si tu me comprends. Sam l’autre jour je lui ai dit de jouir sans moi (j’avais joui profondément la fois d’avant), que ce n’était pas grave. Il m’a répondu que j’allais jouir, qu’il prendrait son temps. Je sais que cet homme-là m’aime et j’ai joui profondément. Prendre son temps, c’est aussi cela aimer, ne pas être égoïste de sa propre jouissance et beaucoup d’hommes hélas sont égoïstes.

    Mais tu n’as pas répondu à ma question !

    Ah relis, tu verras… « J’ai joui profondément avec Didi et Sam vraiment. »

    Bon, ce n’est pas grave.

    Je viens de te l’écrire. Je dis que j’ai joui profondément avec Didi. J’ai même eu une petite éjaculation car elle m’avait stimulé l’endroit de mon urètre.

     Mets ta morphose...

    Je te répète, une fois de plus, que c’est avec Toi que nous jouissons. Je te dis qu’ensemble nous voulons, avons décidé de te faire participer donc forcément que je te sentais. Elle me parle de toi ou nous parlons de toi quand nous sommes ensemble. Ensemble il y a notre amour plus fort quand nous sommes au lit ou ailleurs à nous aimer. Sur la table de massage ou sur l’acte même, tu es là présent. OUI j’ai joui profondément avec toi puisque tu es avec nous dans nos images mentales et avec nous de par le gode utilisé ou tes doigts nos doigts hihihi. Nous te voyons, te voulons dans notre représentation mentale des situations que nous vivons.

    Mets ta morphose... 

    Merci

    …au lieu de faire l’amour, disons simplement, nous pimentons nos relations de ta présence. Je ne sais si tu me comprends…

    Je te comprends ! Tu sais que pour moi c’était presque une obsession que tu me dises que tu avais joui profondément avec moi ? Tu vas trouver peut-être ce côté égoïste de ma part mais tu sais que je suis toujours franc avec Toi.

    Donc il y a des moments à nous deux Didi et moi et des moments où nous t’intégrons à ce que nous vivons et nous nous imprégnons de tes photos et de tes textes, de tes mots que nous ne regardons pas pendant, car elles sont bien ancrées mais avant de nous aimer nous pouvons passer de gentils moments dans le blog ou le nid intime sur grand écran. C’est aussi pour cela que nous voulons cette relation avec Toi. Je pense être très claire, non ?

    Oui très claire

    Nous alternons nos moments « pures femmes » avec ceux de ta présence aussi. Nos jouissances orgasmes sont plusssssss avec toi et le minouchage quand nous endormons par exemple est à nous. Hihihi tu suis ? (minouchage est un des jolis mots de Flore). Quand nous sommes en tribadisme,

    Mets ta morphose... 

    ...là tu es absent tu comprends bien pourquoi. Ces moments nous appartiennent profondément.

    Je comprends très très bien ce que tu me dis je n’ai d’ailleurs JAMAIS demandé de partager TOUS vos moments quand vous êtes toutes les deux ! Il est tout à fait normal que vous ayez vos moments à vous seules.

    Nous ne te le demandons pas non plus hihihi. Mais tu voulais à juste raison savoir où tu te places dans nos relations, je te réponds !

    Je ne serais que sale égoïste de vouloir être toujours présent avec vous deux et ce n’est pas le cas crois-moi !

    En résumé, tu sais que le texte qui va être publié cette nuit, est hors ligne depuis un bon moment attendant le moment propice pour le publier surtout par rapport à Sam. Je veux qu’il ne se sente pas exclu ou frustré que je n’ai pas eu le courage de lui dire tout cela avant. Tu sais qu’aussi qu’il était écrit dans ses grandes lignes bien avant d’être hors ligne ici. Depuis que j’ai écrit je me suis libérée de mes démons et cela fait que je jouis profondément depuis. Il me semble que Didi en plus te l’a dit la coquine ? Non ? Didi… Mais tu ne peux pas savoir non plus ce qui passe dans la tête de deux filles qui s’aiment alors je te l’explique.

    Oui elle me l’a dit mais je voulais que Toi tu me le dises car rien ne me fait plus plaisir crois-moi et ce n’est pas par fierté masculine sache ça aussi. Tu sais Chlo j’ai quand même une petite idée de ce qui se passe en vous (peut-être mon côté féminin !) et si j’avais été une fille je suis « sure et certaine » que j’aurais gouté aux plaisirs féminins. C’est tellement beau !

    Hihihi tu ne peux savoir et tu parles en homme là…

    Donc si je reviens à un peu plus haut oui je voulais que tu me dises que tu avais joui avec moi car c’est un peu comme Sam qui veut savoir que tu jouis profondément avec lui. Tu me comprends ?

    Je me doute mais tu sais très bien que la réciproque existe. Nous aussi, de savoir que tu te masturbes avec nous, c’est aussi grandiose. L’amour au féminin je l’ai découvert entre les mains d’une artiste Flore et c’est quelque chose tu sais que Maman en a de la chance hihihi. Puis quand cette personne est doublée d’une intelligence si forte et d’un Amour si fort des autres, bien c’est magnifique.

    Je comprends très bien cela. La réponse est oui sauf que je mets du temps mais quand deux êtres s’aiment, le temps ne compte pas. Nous avons tout notre temps. J’ai hélas encore des images parasites que j’arrive à chasser pour arriver à jouir. Petit à petit je ne les aurais plus et jouirais disons normalement comme bien des femmes normalement constituées et surtout bien dans leur tête. La jouissance profonde du vagin ne se ressent que si nous sommes très bien dans notre tête. Le moindre stresse et cela déraille. C’est beau l’amour féminin et je sais TRÈS TRÈS bien que Sam et P-L voudraient nous voir hihihi mais cela jamais.

    Je vais te dire quelque chose, là en ce moment, nous parlons sérieusement, tout à l’heure tu m’as fait jouir, ce fut fort, très fort et pourtant j’ai encore envie de toi, et, je sais que quand je vais te quitter j’irai à nouveau me masturber. Au bien sûr ça risque de pas être brillant mais il le faut, j’ai envie ! Je sais qu’ils voudraient voir mais moi ce n’est pas ce côté voyeur qui m’intéresse mais plutôt ressentir les sensations que vous pouvez aussi de votre côté ressentir, si tu me comprends. Tu es tellement entrée dans mon mental que tu vois ce que tu arrives à faire vouloir : me masturber deux fois à la suite JE SUIS FOU.

    Je vais te dire une parole de Sam hihihi un jour, il n’y a pas très longtemps : « Tu ne veux pas de nous et tu veux de lui (toi) ! » Je lui ai répondu : « Penses-tu que physiquement ils nous auraient ? » Il m’a dit : « Non » Je lui ai dit : « Alors tire les conséquences et dis-moi si mon petit cul ne te suffit pas ? » hihihi. Nous sommes bien dans ce qu’apporte de plus fort le mental. Tu sais que je recherchais ce genre de relation. Tu en es l’élu, TOI Tit Nounours. Puis Didi a suivi et aujourd’hui cela dépasse l’entendement. Je sais que Flore avait raison. Cette femme-là, Flore, je la souhaite à tout le monde en tant qu’hédoniste. Elle est un modèle.

    Tu peux aussi avoir une longue masturbation sans éjaculation. Sam me dit que c’est très fort aussi pour lui et le prépare à la suivante. Là je ne peux rien te dire hihihi. Sauf que j’aime bien tarir sa source. Tu sais que plus on est jeune plus cela se regorge hihihi et que, à 60 ans, en moyenne, cela met 24 heures et à 70 ans : 3 jours hihihi.

    Comme tu dis cette relation dépasse l’entendement. Moi-même parfois j’ai du mal à y croire ! Je me demande si c’est vrai ce que je vis !

    Tu n’es pas fou. Tu vas au plus profond de ton être pour être bien en toi et tu redonnes tout cela à ton entourage, ta femme comprise.

    Je ne suis peut-être pas fou au vrai sens du terme, mais je me demande si beaucoup peuvent vivre ce genre de relation?

    Je reprendrais ce que Flore a déjà écrit. Il n’y a pas besoin de s’exhiber, de paraître pour se sentir bien. Il n’y a que le mental qui est capable de décupler les désirs, les prémices, les envies et la puissance de l’orgasme. L’orgasme en lui-même ne varie pas c’est la force de ton mental à le vouloiur plus fort qui fait qu’il va être plus fort. Quant à notre relation tu sais trè ; s bien qu’elle pimente notre sexualité. Nos mots, nos photos voire nos vidéos sont là pour habiter notre mental et en jouir. En plus quand je jouis je n’ai pas besoin de me masturber devant. Avec tes mots, tout est dans mon mental et j’en jouis. Cela fait que je suis bien dans ma tête et mon corps. Je suis une femme bien-baisée qui vit une sexualité forte au contraire de beaucoup sur le net qui sont des frustrées, des mal-baisé(e)s à la recherche de ce qu’ils ne trouveront JAMAIS sur le net. Ils (elles) ne progresseront jamais et resteront d’éternel(le)s insatisfait(e)s. Et je le répète toujours, il faut donc trouver l’âme sœur qui va faire qu’il y ait aussi de l’amour dans cette relation qui pimente notre vie. Cela ne m’intéresse pas, dans mes moments de solitude, de me masturber pour jouir d’une manière insipide. Je veux jouir très fort avec mes trois Amours qui pimentent ma sexualité. Tu es ce troisième AMOUR Tit Nounours. Je te veux et je t’ai à moi. Je t’aime encore plus fort.

    1 commentaire
  • Les enfants ne sont pas responsables des erreurs de leurs Parents mais ils les subissent en silence avant de se révolter en eux-mêmes bien souvent avant d’essayer d’exploser ou de se détruire. Parfois ils arrivent à reprendre leur souffle et à émerger de la mer où ils se noyaient. Alors ils mettent un certain temps à se reconstruire s’ils y parviennent.

    Je ne sais si je vais y parvenir mais j'en ai la volonté et j’ai déjà beaucoup progressé.

    Je n’ai toujours pas pris cette décision qui me fait peur, qui obstrue ma vision, qui me bloque, qui me harcèle. Je devrais être morte et pourtant je vis. Je me suis autodétruite plusieurs fois dont une fois avec des conséquences irrémédiables.

    Ma petite vie se compose de trois époques :

    - Mon enfance comme tous les enfants, non pas comme tous les enfants car j’avais des Parents absents.

    - Puis mes 8 ans, la séparation, l'Australie...le drame: la descente, l’incompréhension, la destruction, tout s’écroule.

    Tu essayes de te raccrocher à des branches. Tu te retrouves, bien qu’ado, adulte avant l’âge et tu choisis sans savoir pourquoi de te battre contre toi-même : Sombrer, se détruire ou se raccrocher.

    Un peuple m’a secourue, un peuple que des idiots nomment primitifs, sauvages ! Mais qui sont les sauvages ? Surtout pas eux, ces autochtones à qui on a volé leur pays, les détruisant, les exterminant sans le moindre pardon (Hein Messieurs les ricains quand demanderez-vous pardon aux Amérindiens, QUAND ?)  Ce peuple qui ne vous pose pas de questions mais qui sait vivre, vous accepter sans rien vous demander juste en vous apportant leur Amour.

    Tu te réfugies aussi dans le travail sans savoir pourquoi, comme l’autruche, tu mets ta tête dans le sac, tu deviens brillante car tu te noies dans ce travail qui te fait oublier qui tu es. Tu ne sais toujours pas pourquoi mais tu es brillante, du moins on te le dit car tu ne crois personne, tu fuis, tu survis, tu te débats en faisant n’importe quoi pour croire exister, tu vis des expériences déplorables, tu couches, (je ne me suis jamais droguée et essayer TOUJOURS d’éviter cela), tu penses aimer et il te trahit ajoutant encore plus de tristesse à ta vie, rien ne marche bien sûr tu es le mal en personne… Alors tu fais n’importe quoi pour essayer d’attirer l’attention, de te faire aimer… Ah ce besoin d’Amour que tant oublie.

    Quand je les regarde sur le net, en particulier, essayer d’exister, je me dis qu’ils perdent leur temps. Seule la réalité de LA VIE peut vous faire exister surtout pas ce net de l’illusion, de la futilité, du mensonge, des m’as-tu-vu, des prétentieux qui essayent de vous en mettre plein la vue ne sachant eux-mêmes jouir de cette vie. Alors vous criez et…

    - Fin 2011, débute ce que je nomme ma reconstruction. Là, tout s’éclaire petit à petit. Le soleil darde à nouveau de ses rayons sur mon cerveau. Je renais ou du moins essaye grâce à un entourage merveilleux.

     

    Voilà en gros comment je vais me parler. Personne n’est obligé de lire. Je voulais désactiver les commentaires, mais en fait je les laisse car je ne censure jamais. S’il y a besoin d’en savoir plus…

    « Avoir peur de soi-même n’est pas un signe de faiblesse mais bien de lucidité » Chloé

    compteur gratuit

    aucun commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique